Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
collectifdefenseaxesferroviairessudnormandie.over-blog.com

Ce blog sert de journal à notre collectif citoyen créé à Argentan (Orne) par des cheminots et des usagers pour la défense du service public ferroviaire dans le sud Normandie. Il rend compte des déclarations, des actions de ce collectif auprès de la population et des élus. Il présente aussi des réflexions pour la défense du service public.

12 ET 20 NOVEMBRE 2018 : COMITE DE TERRITOIRE SUD NORMANDIE A L'AIGLE ET SUD MANCHE A SAINT LO

12 ET 20 NOVEMBRE 2018 : COMITE DE TERRITOIRE SUD NORMANDIE A L'AIGLE ET SUD MANCHE A SAINT LO
12 ET 20 NOVEMBRE 2018 : COMITE DE TERRITOIRE SUD NORMANDIE A L'AIGLE ET SUD MANCHE A SAINT LO

SYNTHESE DES DEUX COMITES DE TERRITOIRE

 

Il est prévu que ces Comités aient lieu une fois par an.

Cette année la convocation a été faite avec plusieurs mois de retard selon Jean-Baptiste Gastinne qui représente la Région.

Ces réunions sont présidées par Jean-Baptiste Gastinne, vice président de la Région Normandie en charge des transports.

Sont également présents Jean-Philippe Dupont, Directeur régional SNCF Normandie et les cadres SNCF Normandie gestionnaires

 

Il s´agit pour "la SNCF et la Région de présenter la situation telle qu´elle est“.

Il n'y a donc pas de véritable échange avec les associations d´usagers présentes.


 

Sujets annoncés par la Région :

- gares et pôles multimodaux

- la billettique

- le matériel roulant

- l´ouverture à la concurrence

 

Les deux derniers sujets ont été évoqués rapidement.

L'état des lieux : la ponctualité :

Mise en place d´un bonus malus de 600 000€ pour une prise en compte des retards pour 50% de ce montant.

Des voyageurs mystères mesureraient dans les trains la ponctualité, les annonces…

Le taux de retard est considéré au terminus (- 5 min).

Cependant les résultats entre l´appli les calculs ne coïncident pas. Il faudrait donc revoir les données de l´appli.

Mise en place en janvier d'une indemnisation permanente pour les abonnés annuels. A partir 4 retards dans le mois de 30 min.  : indemnisation de 15% dans un délai de 2 mois.

L'idée est de l'étendre aux IC en 2020, date à laquelle la Région deviendra donneur d'ordre.

La question de la suppression de trains n´a pas été abordée.

PARIS-GRANVILLE

 

La ligne est considérée comme structurante

La SNCF note la difficulté de produire le 3410,  Argentan-Paris se faisant en 1h.52.

Le souhait dans la nouvelle convention est d´être plus précis.

 

Le projet d‘un direct  jusqu‘à Pontorson via Folligny à partir de 2020 est présenté comme central pour la Région et la SNCF.

Le départ se ferait en crochet court au départ de Montparnasse 1 ce qui permet de gagner des sillons. Il faut éviter 4 sillons et les limiter à 2.

Ce projet risque d‘imposer des horaires moins pertinents qu‘aujourd‘hui.

 

L‘adcpr (comité sud Manche) a fait remarquer que la nouvelle desserte de Granville va impliquer une baisse de la relation avec Paris-St-Lazare au départ de Coutances. Elle demande donc un car supplémentaire vers Paris, avec arrêt à St Lô et Lison.

 

SURDON

Le collectif a souligné les inquiétudes chez les voyageurs du fait d´une attente d´1 heure. A cela s‘ajoute que les automates n´acceptent que la CB et ne rend pas la monnaie.

Or il y a nécessité de maintenir la correspondance à Surdon du fait du tarif : Surdon-Paris 35€ contre 55€ en passant par Le Mans.

 

Réponse de la Région et de la SNCF

Tout a été fait pour maintenir cette correspondance notamment avec les cars.

JB. Gastinne : la décision a été prise de transformer 1 navette en car.

Les correspondances sont garanties du fait qu´il n´y a plus qu´une autorité organisatrice.

Il n´est pas question de remettre 1 guichet qui vend moins de 4 billets/heure.

Pour le voyageur qui n´a pas pu prendre son billet il doit faire la démarche d´aller voir le contrôleur du train.

JP Dupont : c´est le chef de bord qui décide d´une éventuelle contravention, ou tarif guichet, de bord, ou contrôle, c´est donc à nous de donner les bonnes consignes.

Tout sera remis à plat en 2020.

Il n‘y aura donc pas de remise en cause de Surdon. La question est celle du choix entre le temps et le tarif.

Il n´y a pas non plus de remise en cause de la destination du Mont-Saint-Michel.

DESSERTE CAEN-LE MANS-TOURS

 

Le Collectif fait remarquer il existe aussi un problème sur le Caen -Tours en ce qui concerne la plateforme du Mans. Problème des ralentissements entre Alençon et Le Mans : les travaux sont nécessaires tout de suite, dès 2019, car il y a perte de voyageurs. Des financements ont été versés à l‘AFTIF ( Agence de financement des infrastructures de transport de France) qui rendrait cela possible.

Il demande qu’il y ait une rencontre avec les comités d’usagers

Réponse de J-P. Dupont (SNCF) : il existe des contraintes.

Sur Caen-Tours une première tranche de travaux est prévue de 3 Millions d‘€.

DESSERTE CAEN-GRANVILLE-RENNES

 

Chiffres de la fréquentation données par la Région

Caen/Stlô/Coutances/Granville : 1 300 000

Granville/Avranches/Rennes : 650 000

Caen/Avranches/Rennes : 250 000

 

La réflexion se fait sur le routier qui est le + adapté : Caen/Avranches/Rennes avec un arrêt à l‘université Rennes-Beaulieu

En complément il y aura 2 aires de covoiturage qui reste à aménager. Ce qui est prévu : 2 A.R. départs 7h.30 et 16h.15

 

Organisation des dessertes ferroviaires :

Caen/StLô : 14,5 A.R.

Caen/Coutances 9 A.R. en augmentation

Caen/Granville 4,5 A.R. en augmentation avec peut-être la possibilité d‘aller au-delà ds les années futures.

- 3,5 A.R. / Semaine : 2 A.R. en train ; 1,5 A.R en car avec une arrivée à Rennes avant 9h.30

 

Nos remarques : nous avons souligné que ces bus vont s‘ajouter à la circulation routière déjà existante. Pour le Collectif, ce choix est contraire à la transition écologique. Le train est un transport de masse dont tout le monde s‘accorde à dire qu‘il est le plus écologique.

Par ailleurs, l‘arrêt à Pont Chaillou rallonge le temps de parcours.

FERMETURE DES GARES

Le problème a été soulevé dans les deux Comités de Territoire

Paris-Granville : fermeture de certains points d‘arrêt comme Sainte-Gauburge et Le Merlerault.

 

Réponse de la Région : la fermeture des gares n‘est pas contradictoire avec l‘amélioration de la desserte. Il s‘agit d‘améliorer la fréquentation de la ligne, son efficacité. C‘est l‘intérêt général qui prime.

LES GUICHETS

A la suite de l‘exposé de Mme Liot (SNCF) sur la multiplication des moyens numériques mis en œuvre pour la billetique, les associations mettent en évidence les difficultés rencontrées avec le visioservice ou visioguichet installé à Villedieu-les-Poêles.

L‘installation du visioservice a coûté 134 000 €. Il s‘agit de la 1ère tranche de travaux. La seconde consistera dans le bardage du bâtiment.

Lors du Comité Sud Manche il est présenté comme expérimental. Cette information n'avait as été donnée au Comité Sud Normandie

Le Collectif a rappelé la situation vécue par les voyageurs. Celui-ci ne délivre pas de billets : il faut aller les prendre à l‘Office du Tourisme dont les horaires sont restreints. Cela suppose 2 déplacements du voyageur qui ne peut prendre son titre de transport au moment du départ. Par ailleurs, l‘O.T. ne délivre de billets que sur le réseau TER de Normandie. L‘accès aux plateformes TGV du Mans et de Dol sont remis en cause de fait.

Il a aussi souligné le fait qu'il s'agissait de permettre aux gens de prendre le train qui doit être au centre des déplacements.

Enfin, les participants notent le dysfonctionnement quasi constant de l‘appareil.

Ils soulignent aussi la fracture induite par la suppression des guichets humains sur un territoire marqué par une fracture numérique importante.

Les propos de M. Jacques Toubon, défenseur des droits, ont été rappelés par l‘adcpr : „Si l‘on oblige le public à passer uniquement par le numérique, 20 à 25 % de la population n‘aura pas accès aux services publics“. Donc on empêche toute une population à accéder au train.

 

Réponse de la Région. Selon JB Gastinne tous les guichets vont fermer. C‘est une évolution rapide. On ne peut en donner de date. Dans le Comité Sud Normandie, il nous a répondu qu'il était hors de question de réouvrir des guichets qui avaient été fermés.

Il existe une population réfractaire au numérique (comme à Vire ou à Flers). Aujourd‘hui on traite les gares où il se vend moins de 8 billets / heure (Remarque dans le Comité Sud Normandie c‘était moins de 4 billets/heure).

La fréquentation des guichets et des trains est faite par des moyens numériques et notamment l'étude Normandiescopie

Aujourd‘hui des solutions sont recherchées notamment la vente en Office de Tourisme. La région via les O.T., a vocation à vendre des billets TER et IC mais pas de TGV. Le problème se posera.

LES BUS DANS LA REGION

 

- Prévus en "renfort“ :

  • Saint-Lô/Coutances
  • Saint-Lô/Rennes

Le dimanche (aller) – Le Vendredi (retour)

- ces bus desserviront les aires de covoiturage (notamment Guiberville) quand elles seront aménagées.

  • Dès 2019 : il y aura une navette entre St Lô et Guiberville

 

  • 2020 : desserte St Lô /Vire

L‘aménagement de la gare de Saint-Lô est prévu au PLU pour accueillir plus de bus.

Etude Normandiescopie

 

Le Maire de Carentan interroge sur la façon dont cette étude a été faite puisqu‘elle aboutit à la fermeture de gares comme Pont Hébert et Carentilly. Or l‘étude n‘a pu être menée sur les Marais de Carentan qui sont en zone blanche.

Aucune demande venant de la région ne lui a été faite, or il constate grâce aux entrées dans les musées de son territoire qu‘il y a annuellement 600 000 visiteurs.

TARIFS

 

Nos remarques : sur les bornes bleues les réductions ne sont pas prises en compte, ce qui oblige à se déplacer pour pouvoir acheter au guichet humain.

Nous posons aussi la question du rapport entre la tarification du train et des bus.

 

Réponse de Mme Liot (SNCF) : on conserve la tarification actuelle. Le lancement de la desserte routière se fait au prix de 5€ en décembre et janvier.

Différentes offres promotionnelles seront faites pendant la semaine de transport public, notamment sur la carte Tempo.

 

Région JB. Gastinne : Les Régions ont obtenu la liberté tarifaire ce que la Région Normandie a appliqué depuis le 1er janvier. Il faut que la SNCF fasse en sorte de pouvoir appliquer les nouveaux tarifs.

Il y a maintien ou légère augmentation pour les + 26 ans (50% des abonnements est pris en charge par l‘employeurs)

Pour les – 26 ans l‘abonnement annuel baisse de 30%, c‘est-à-dire 4€ tous les 20 km. La baisse est globalement de 15 à 20 %

POUR ALLER PLUS LOIN : INFORMATIONS PARUES DANS LA PRESSE

déclarations diverses , reportages, infos locales...

Quand sera présentée la nouvelle offre de mobilité régionale ?

Nous y travaillons encore. Jean-Baptiste Gastinne, le vice-président aux transports, a déjà vu tous les élus des départements et villes concernées. Il va les revoir et les rerevoir.

La Région va très significativement améliorer la desserte régionale mais en même temps tirer les conséquences d’arrêts qui n’ont plus aucun sens. Est-ce qu’il faut continuer d’arrêter un train avec 3 à 4 mn de plus de trajet à chaque fois dans une gare où vous avez dix personnes sur une journée, quand on peut gagner 5 à 10 mn sur un trajet et qu’on peut massifier. Parfois, on a deux gares distantes de 6 km.

Les inquiétudes sont grandes sur le Paris-Granville…

Dans l’Orne, il n’y aura aucun changement. Les cinq allers-retours quotidiens seront maintenus, voire renforcés. On voudrait un jour des Omneo sur cette ligne. Mais industriellement, Bombardier est ras-la-gueule. Xavier Bertrand [le président des Hauts-de-France] m’a même appelé il y a quinze jours pour demander un décalage de la construction de nos trains pour faire passer les siens ! [Hervé Morin a refusé !]. La chose qu’on ait su faire sur cette ligne, c’est prendre en main, pour la première fois, une histoire que personne ne réglait, celle des feuilles qui empêchaient la circulation chaque automne. Sur le Paris-Granville, on me fait un procès d’intention qui ne repose sur rien.

Le schéma de mobilité arrivera juste au moment des municipales. Au fur et à mesure qu’on va approcher des élections, on aura de plus en plus d’oppositions, de peaux de banane. On va être l’otage des campagnes : le changement d’horaire, le bus en plus, le bus en moins, le guichet qu’on ferme. Il va falloir être robuste face à ce qui est de la politique politicienne mais qui peut alimenter des doutes.

Quels trains seront remplacés par des bus ?

Il y aura des bus entre Caen et Rennes, le trajet est plus rapide qu’en train (3 h 30) et il y a peu de passagers. Mais on va développer Caen - Granville et Caen - Saint-Lô. Je peux aussi annoncer une nette amélioration du service sur le Paris - Caen, avec des trajets supplémentaires.

Ouest-France. 8.09.2018. Entretien avec Hervé Morin

La Manche Libre

La Manche Libre

Article de La Manche Libre

Article de La Manche Libre

"les gares de Carantilly-Marigny et Pont-Hebert, refaites à neuf il y a peu de temps ne seront plus desservie, comme en Seine-Maritime les gares de Bolbec-Nointot, Virville, Foucart-Alvimare.
Fin 2019, d’autres sont annoncés comme Glos-Monfort dans l’Eure, le Merlerault et Sainte-Gauburge dans l’Orne...", avertit le syndicat Sud Rail.
Et les zones blanches, alors ?
A Carentilly, dans la Manche, le Maire de la commune est furieux. Celui de Pont-Hébert, également. Comment se fier à une enquête utilisant le bornage des téléphones, alors que l'on est souvent dans cette partie de la Manche, en zone dite "blanche" : c'est à dire sans réseau, ou presque.








France 3 Région (extrait de l'article)

Avis du CESER sur le budget primitif 2019 de la Région (extraits)

Avis du CESER sur le budget primitif 2019 de la Région (extraits)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article