Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
collectifdefenseaxesferroviairessudnormandie.over-blog.com

Ce blog sert de journal à notre collectif citoyen créé à Argentan (Orne) par des cheminots et des usagers pour la défense du service public ferroviaire dans le sud Normandie. Il rend compte des déclarations, des actions de ce collectif auprès de la population et des élus. Il présente aussi des réflexions pour la défense du service public.

COMMUNIQUE. NON AU CONFINEMENT ET A L'EXCLUSION TERRITORIALE DU SUD NORMANDIE - POUR LE RETOUR DES TRAINS SUR PARIS GRANVILLE ET CAEN RENNES

Gare de Granville. Trains des lignes Caen Rennes et Paris Granville à quai.

Gare de Granville. Trains des lignes Caen Rennes et Paris Granville à quai.

COMMUNIQUE 

du 13 janvier 2021

Crise de la COVID : les axes Paris Granville et Caen Rennes particulièrement touchés par les suppressions de train!

Le président de la Région, Mr Morin met en place le confinement et la différenciation territoriale sur les axes bas-Normands.

La situation de pandémie ne peut être le prétexte à la recherche d’économies. Ce que mettent en place conjointement la Région et la direction SNCF en réduisant de plus de 50% la circulation des trains sur Paris Granville, axe pourtant structurant pour desservir des territoires qui ne méritent pas plus que les autres cette exclusion du réseau national. Quant à Caen Rennes, c’est le service minimum et en plus avec des bus ! Pourquoi un traitement inégal entre les différents axes normands ? Les usagers de Normandie ont le droit d’avoir le même accès au réseau ferré et de voyager dans des conditions sanitaires correctes, quelle que soit la ville d’où ils viennent

Les usagers de Paris-Granville n’ont plus que deux trains dans chaque sens vers ou en provenance de Paris avec un dernier départ à 15h50 de Granville et 16h13 de Paris, à l’exception de ceux qui circulent entre Argentan et Paris. Ils subissent de ce fait déjà un couvre-feu avant l’heure qui se traduit par l’exclusion du réseau national avec pour conséquence pour certains de ne plus pouvoir se rendre sur leur lieu de travail ou activité. Ainsi, les nombreux soignants ont besoin de cet axe pour pouvoir exercer leur métier dans les différents hôpitaux et cabinets spécialisés indispensables à la population.

Pour l’instant, la politique poursuivie consiste à maintenir au maximum l’économie et cela «quoiqu’il en coûte». Le gouvernement a fait le choix de recapitaliser Air France et de soutenir l’industrie automobile, lesquels sont loin d’être des modèles vertueux en termes d’environnement, tout en excluant la SNCF. Dans ce contexte, la Région Normandie en rajoute.

Autre aspect des économies réalisées, le choix d’avoir laissé des guichets fermés pendant 11 jours à Flers et 5 jours à Argentan pendant la période des fêtes de fin d‘année, une situation qui ne peut que décourager de nombreux usagers à se déplacer en train. Est-ce le prélude à de nouvelles fermetures que va poursuivre la Région lesquelles ne peuvent qu’accroître la relégation territoriale ? Faut-il rappeler que près de 30% de la population n’a pas accès aux outils numériques ? Cette question devrait conduire les élus à s’interroger sur l’attractivité de leurs territoires et au droit au transport pour tous.

Quant à la sécurité sanitaire, on est loin des mesures prises lors du premier confinement. En effet, de nombreux usagers nous ont témoigné du fait que le nettoyage n’est fait que sommairement et que des tablettes présentent parfois des traces de nourriture. On ne peut se satisfaire d’un nettoyage une fois toutes les 24 heures quand les scientifiques demandent le respect strict de la propreté des surfaces de contact et la nécessité de ventiler régulièrement les espaces. Procédure difficilement réalisable dans des situations critiques, comme en début et fin de journée ou de semaine, où les usagers se reportent vers les trains restant en circulation et sans obligation de réservation, provoquant des sur-occupations dans les voitures alors que le réglage de la climatisation reste le même. Quant à la propreté des lieux d’aisance ou l’accès aux places dans le train, là encore on notera la différenciation. Ainsi , alors que sur un parcours TGV de moins d’une heure, une équipe veille de façon constante à nettoyer toutes les surfaces de contact, pour un trajet de 3 heures, il n’y a absolument rien de fait.

Le collectif citoyen exige le retour de tous les trains pour assurer la cohésion territoriale, sociale et économique afin de répondre aux besoins de tous les usagers. Il demande que soit mis en place un protocole sanitaire, consultable par tous les usagers et les cheminots, dans le respect des recommandations faites par les scientifiques à savoir : mise en place de réservations gratuites avec l’occupation d’un siège sur deux et nettoyage par des produits virucides de toutes les surfaces de contact, bonne ventilation de l’air. Ces obligations s’imposent en raison de la nouvelle variante de la COVID plus contagieuse. S’il est vrai qu’il y a urgence à avoir des vaccins pour les Normands, il est tout aussi urgent de prendre les précautions pour continuer à préserver leur droit au transport !

Le Président du Collectif citoyen de défense des axes ferroviaires sud Normandie

Philippe Denolle

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article